La côte des Tartares

les tartares da cote

Comme toutes les histoires, elle commense par il était une fois…

Dans l’ouest…

A la fin de la terre,

Dans le sud Finistère,

Au bord d’une côte déchiquetée et sauvage,

 Lieu de violentes tempêtes et de naufrages ,

Cachés derrière les rochers qui bordent  sa plage,

Dos à la mer, ils cultivaient leur terre,

Sur la palue du Cosquer.

cheval d'orgueil2

La « côte des Tartares » est située face au grand large, tout au sud du pays bigouden, en plein pays du « marc’h ar lorc’h, le cheval d’orgueil,

march ar lorch

L’endroit est sauvage, parsemé de rias et de marais. Les rochers, les dunes et les plages qui bordent la côte sont  balayés par des vagues hargneuses, des vents violents et des tempêtes fréquentes.

Ce lieu est dénommé « Ar Vor » (le bourg). « Ar Vor » est devenu au fil du temps Larvor.

carte larvor

« AR VOR AN TARTARES »

ar vor an tartare

C’est le géodésien, cartographe, César-François Cassini qui traça cette carte ainsi que les 180 autres feuilles qui représentaient le plus fidèlement possible le relief de toutes les régions  françaises.

César-François Cassini

Un peu partout en France on trouve des traces des « pyramides de Cassini »  composée de tas de pierres en forme de pyramides qui servaient de points de repères pour les tracés des cartes.

Pyramide-de-Cassini

Jean-Dominique Cassini  termina les remarquables travaux de cartographie de son père.

C’est à l’arrière de la côte, derrière une grande dune de sable blanc dans un vallon (an Traon en breton) marécageux dénommé « Palue ou palud » (marais) que les « Tartares » ont élu domicile.

Sur la carte de Cassini on peut voir que la côte de Larvor était composée de plusieurs rias.

Le Ster qui s’étendait après la chapelle de Plonivel  jusqu’au manoir de Kerhoas.

La seconde ria, celle de Keralouet, derrière la palue du Cosquer  s’enfonçait dans les terres jusqu’à Kerogan.

La troisième, celle de Lodonnec, allait jusqu’à Kerillan.
palud des tartares

Les maisons des « Tartares » étaient basses et solides car bâties en granite avec de petites ouvertures pour se protéger des vents violents et des tempêtes fréquentes.

Le bourg est situé entre la commune de Loctudy dont elle est rattachée et la commune de Plobannalec-Lesconil.
Une petite ria dénommée le Ster, sépare le bourg de Larvor de Lesconil.

Le nouveau Plan  de Prévention  des Risques du Littoral (P.P.R.L.) édité récemment par la Préfecture du Finistère reprend les cartes anciennes (Cassini et d’État-major) pour étayer son argumentation sur les risques de submersion.

le ster lesconilsteir

De l’autre côté du Ster, c’est le pays des marais et des étangs ou l’eau de mer se mélange à l’eau douce des ruisseaux. Cette zone humide, sauvage, couverte de roseaux, appelé « Ster Kerdour » (lieu d’eau) est le domaine de prédilection des grands échassiers, hérons, aigrettes ainsi que les autres oiseaux des marais (canards, chevaliers, plumiers, bécasseaux, grèbes). Les poisons, anguilles et mulets pullulent dans ces eaux saumâtres.
cote des tartaresEn 1850, cette lagune fut l’objet d’une tentative de « polderisation » avec la construction de digues. Le projet bien entamé périclita au fil du temps et l’objectif de valorisation agricole abandonné. Les canaux d’irrigation n’étant plus entretenus, les parcelles plus cultivées, la nature reprend ses droits. Je me souviens pourtant que la culture des carottes avait trouvé en ces lieux un terreau favorable.
Depuis quelques années, la zone est envahie par une herbacée envahissante surnommée « roseaux à plumes ». Cette plante envahissante importée d’Amérique du sud plus communément appelée « herbe de la pampa « à colonisé le polder. Du nom scientifique de « Cortaderia Selloana », cette plante vivace est très invasive surtout quand elle trouve un endroit propice à son développement. Elle a un impact négatif sur la biodiversité du Ster Kerdour ainsi que toute la zone environnante du « Traon ».
Depuis 2007 ce lieu de plus de 8 hectares est un site protégé.

Il n’y a pas si longtemps, un ancien marin de Lesconil , assurait avec sa barque à fond plat dénommé « plate », le passage ente la petite digue du quartier des « Quatre- Vents » de Lesconil et le bourg des tartares de Loctudy. La « godille » était le moyen utilisé par le passeur pour faire avancer sa plate dans le courant du Ster.

le passeur de larvor

La « Reine de Larvor » est un cantique toujours chanté à l’église, en particulier lors des processions en l’honneur de Saint Quido

La bourgade s’est développée dans le vallon « an Traon » séparé de la mer par la grande plage de sable fin d’un blanc éclatant du nom éponyme « les Sables Blancs ». Après la plage, d’immenses plateaux de roches, couverts à marée haute se prolongent au long de la côte sauvage jusqu’au loch (ria) de Tudy (Loctudy).

port de larvor

Pourquoi cette appellation de « Tartares ». Mystère ?

Une première piste

Dans la mythologie grecque, Tartare est le nom d’un lieu à la porte de fer où toutes les formes de torture physique ou psychologique sont représentées.
D’après Virgile, le tartare est l’endroit le plus profond des enfers que l’on appelait Hadès, où quelques criminels mythiques célèbres reçoivent leur punition. C’est aussi la prison des dieux déchus.

Le Tartare selon Virgile

tartare la porte de fer

C’est dans le Tartare, que les condamnés expient leurs fautes. Les Cyclopes, Salmomée, Ixion et les Danaïdes condamnées à remplir un tonneau sans fond pour avoir tuées leurs maris.

Représentation grecque du tonneau des danaïdes

tonneau des danaides

C’est une région désertique, sans vie avec des étangs glacés entourée par des rivières aux eaux boueuses, des marécages à l’odeur nauséabonde, qui forment un rempart pour que nulle âme n’échappe à sa peine.

Le Ster Kerdour a beau être une zone peu hospitalière avec un marais appelé « palue » et des petits ruisseaux, le lieu n’est pas aussi ténébreux que celui décrit dans la mythologie grecque. Il faut toutefois souligner que de ce nom « palue » ou « palud » vient du latin « paludis » (marais). Le terme paludisme qui découle directement de ce nom., est également appelé malaria qui signifie: « mauvais air ».

Une deuxième piste me vient tout naturellement à l’esprit

Pour le commun des mortels, l’évocation de ce seul nom de Tartares ou Tatars est synonyme de horde sauvage tuant et pillant tout sur leur passage .

TARTARE PERSONNAGE

Les guerriers Tartares étaient organisé en hordes dévastatrices qui cherchaient à conquérir l’Europe.

La maxime attribuée aux « Huns », on pourrait également s’appliquer aux Tartares :

 » Ou sont passé les Tartares, l’herbe ne repousse plus ».

Aujourd’hui c’est encore une « légende noire » de la littérature.
Gengis Khan, le chef emblématique des Tartares, fut le fondateur au XIIIe siècle d’un immense empire, qui s’étendait de la Méditerranée au Pacifique. En 1240, ses redoutables guerriers déferlèrent sur la Russie. La domination tartare durera trois siècles. Elle a profondément marqué l’identité russe, jusqu’à nos jours.
Au XIIIe siècle, l’Europe chrétienne voyait déferler des Mongols, plus connus dans les sources occidentales sous le nom de « Tatars ».

la horde des tartaresL’irruption de ces guerriers redoutables provoqua à la fois stupeur et terreur. En définitive, l’Empire mongol fondé au début du XIIIe siècle par Gengis Khan et ses fils ne s’étendit pas jusqu’aux royaumes d’Europe occidentale.

Les Tartares de la côte
Contrairement à ce que l’on pensait, les Tartares seraient donc venus jusqu’à la pointe bretonne, en pays bigouden. Comment cela est-il possible ou serait-ce le fruit de l’imagination populaire, une légende qui se racontait oralement près de la cheminée devant un feu de varech.
Que l’on raconte que des vikings auraient débarqué sur cette côte rocheuses parsemé d’écueils aux noms évocateurs tel que : « Men Du » (le rocher noir), « Daou Pennec » (les deux petites têtes), c’eut été du domaine du possible, pour ce qui est des Tartares, c’est complètement utopique.

daou pennec

Une troisième piste, bien moins connue, du mot « Tartare »

Tartares était le nom donné aux valets militaires de la maison du roi, parce qu’ils pillaient pendant que leurs maîtres se battaient sur les champs de batailles..
Un jeu de mots que l’on prête à Saint Louis : « S’ils arrivent ces Tartares, nous les ferons rentrer dans le Tartare d’où ils sont sortis ».

D’autres pistes, plus alimentaires, mais peu réalistes telles que :
– Tartare de bœuf,
– Tartare de thon,
– tartare de saumon,

tartare de saumon– Tartare de saucisson,
– Tartare de steak,
– Sauce tartare,

Et bien sur, 

– le tartare de fromage.

Après la seconde guerre mondiale, Jean-Noël Bongrain, prend les rênes de la fromagerie familiale de Haute Marne.
En 1956, il baptise le fameux « Caprice des Dieux »
En 1965, il envahit les marchés avec sa horde de « tartares » dont le plus célèbre est le:

« Tartare aux fines herbes ».

tartare de larvor

A ma connaissance, les habitants de Larvor n’ont jamais fait de fromage. Il me faudra chercher ailleurs.

L’origine de l’appellation: « Tartares de Larvor »

Pour savoir un peu plus sur l’origine de cette appellation étonnante de ce coin reculé du Finistère sud, j’ai écouté avec attention le témoignage d’un ancien marin, qui a bien voulu me dévoiler le mystère.

Voici son récit :

« Entre les deux guerres, un jeune « instit », natif de Lesconil, fraichement sorti de l’école de formation des instituteurs, son « brevet élémentaire de capacité de l’enseignement primaire » en poche, se voit affecté dans la toute nouvelle école qui vient d’ouvrir à Larvor ». Je ne suis pas certain de son nom, mais je crois qu’il était de la famille Coic et que son prénom était « Per » comme Jackez Hélias, mais je n’en suis pas sûr.

larvor2

L’école de Larvor fut inaugurée en 1911

« Il était enchanté de cette affectation. Natif de Plobannalec-Lesconil, il  pouvait ainsi facilement  se rendre à l’école en traversant le bras de mer, à basse mer, ou en contournant la ria par le domaine du manoir de Kerlut, le manoir de Kerhoas puis la chapelle de Plonivel ».

ster kerlut

« Plein de bonne intentions, fier de sa charge d’instituteur, il se rendit à l’école primaire de Larvor en passant un peu plus haut du Ster pour éviter de mouiller son bas de pantalon neuf qu’il avait pris soin de retrousser jusqu’au genoux. Arrivé de l’autre côté il se rechaussa et il réajusta le bas du pantalon. Il traversa le Ster Kerdour en s’arrêtant un instant pour admirer une famille de canards, mère en tête, avec toute sa portée derrière qui formait un « v » parfait, chacun à sa place, à son rang dans la hiérarchie, attentifs aux ordres et conseils de la mère. Songeur il se voyait déjà devant ses élèves attentifs et silencieux, à l’écoute de sa parole tout comme ces gentils petits canards.
Arrivé devant l’école, il fut quelque peu décontenancé par le brouhaha de la vingtaine d’ élèves qui se bousculaient et s’invectivaient plus en breton qu’en français dans la cour. Il fit tout de suite le rapprochement avec la mère et ses petits canards bien disciplinés qu’il venait de voir et fut tout de suite quelque peu désappointé.
Le Directeur de l’école, qui l’avait accueilli assez froidement, donna de la voix pour calmer les cris.  Il fit aligner sur deux rangs tout ce beau monde, qui courait dans tous les sens tel des étourneaux cherchant les branches d’un même arbre pour s’y poser et piaffer en cœur.
Il se plaça devant une des deux colonnes et invita son nouvel instituteur à se placer devant la seconde. Puis il présenta Monsieur Coic aux élèves de la classe.
La brève présentation terminée, les élèves entrèrent dans leurs classes respectives en se bousculant quelque peu ».

Image1ecole publique de LARVOR« La journée écoulée, Per Coîc, le cartable gonflé par les fiches personnelles des élèves ainsi que des emplois du temps, il sorti de l’école. Il emprunta le chemin de retour vers la ria du Ster. La tête basse, les épaules voutées. Il semblait perdu dans ses pensées au point de ne pas voir un couple de hérons qui sortait des roseaux ainsi que les aigrettes qui fouillaient la vase en quête de nourriture ».

Arrivé chez lui, voyant sa grise mine, sa mère lui demanda :
« Alors fils, comment s’est passée cette première journée d’école  » à Larvor?

« Ça a  été ! » répondit-il, sans trop de conviction, car il ne voulait pas faire de la peine à sa mère.

Elle insista:  « comment sont tes élèves ? ils sont gentils » ?

Sa réponse, fusa cinglante et brève :

« Ce sont tous des Tartares à Larvor !!! »

Sa mère, surprise, ne pouvait qu’acquiescer les paroles de son fils, et de rajouter :

« Marie Péron » m’avait bien dit que les gens de Larvor étaient des « sauvages », mais j’étais loin  d’imaginer  qu’ils étaient pire encore….Ma Doue, (mon Dieu),……. des Tartares !!! »

« Pokez mab »! (pauvre fils)!…

Du fait de son inexpérience dans l’enseignement, il n’avait pas pu, ou su, maitriser sa classe. Même si certains élèves étaient turbulents, indisciplinés, peu enclins à rester sagement assis à leur pupitre, préférant sans doute courir sur les rochers ou aller à la pêche, il passa une très mauvaise journée. Il se rendit compte que la pédagogie n’était pas chose innée, ni même aisée et qu’il devrait être un peu plus sévère dans l’avenir s’il ne voulait pas être complètement dépassé. C’est ce qu’il se promit de faire dès le lendemain.

La nouvelle de sa première expérience d’instituteur à l’école de Larvor se répandit tel un éclair dans tout le village de Lesconil:  » A Larvor, ce  sont tous des Tartares! »

Les « Ouin Ouin » allaient bon train, de quartiers en quartiers, jusqu’à gagner toute la bigoudénie et de se répandre jusqu’en Cornouaille.

De nos jours, même si la plus part des gens ne connaissent pas l’origine de cette appellation , Larvor reste toujours :

« le pays des Tartares ».

Il continua son récit:

« Je crois que par la suite, Per Coïc , ayant passé son diplôme supérieur de capacité de l’enseignement primaire, fut nommé à l’ E.P.S. de Pont-l’Abbé ».

L’ ÉCOLE PRIMAIRE SUPÉRIEURE (E.P.S.) DE PONT-L’ABBÉ

Ayant été un ancien élève de l’ E.P.S. de 1959 à 1964, j’en garde un souvenir mitigé, mais je me devais de faire un paragraphe sur cet établissement scolaire.

Le cadre était austère, surtout lorsqu’on y était pensionnaire. J’avais, dans ma jeunesse, été habitué aux grands espaces, à la liberté de gambader sur le sable et sur les rochers dans l’anse de Langoguen. L’odeur de l’iode et la mer me manquait terriblement.

Après quelques années dans cet univers de granite,  bâtit comme un  monument romain, impersonnel et froid, je m’y suis habitué, plus par force que par plaisir.

Un ancien de la marine, natif de Kérity, qui est aussi passé par cette vénérable institution m’a fourni les  photos et cartes postales  de l’ E.P.S. des années 1950 et 1960.

eps1eps2eps4eps3

La petite histoire de l’ E.P.S. depuis son origine à nos jours

L’École Primaire Supérieure (E.P.S.) de Pont-l’Abbé vit le jour en 1929. Une centaine d’élèves s’installent dans un majestueux et atypique bâtiment surmonté d’un campanile qui ressemble plus à un cloître qu’à un établissement scolaire. L’effectif des élèves ne cesse de grandir pour pratiquement doubler en 1933 (259 élèves).

eps-vue-aerienne

Sous l’occupation, en juin 1940, les locaux de l’ E.P.S. sont réquisitionnés par les Allemands. L’internat est fermé et la plupart des élèves sont contraints de poursuivre leur scolarité dans les villes voisines. En 1942, Les effectifs avaient fondus, il ne restait plus que de 131 élèves.

Après la Seconde Guerre mondiale, l’ E.P.S. devient une annexe du lycée de garçons de Quimper grâce à l’ouverture de deux classes supplémentaires supérieures, une seconde et une première.
En 1962, l’ E.P.S. obtient le statut de lycée d’État Mixte.
En 1964, l’ E.P.S. prend le patronyme d’un médecin qui avait des attaches à Pont-L’abbé: René Laennec (1781-1826).

Les « blouses grises » de l’établissement dans les années 1960

Les blouses étaient obligatoires pour tous les élèves.

La blouse grise pour les garçons. la bouse délavée était un signe d’ancienneté.

laennec

Sur la photo de gauche à droite Gérard Cosquer, Jean Claude Quideau, André Boissel , Gérard Guénolé

eps4

eps1

eps3

Jour de sortie en tenue de ville

eps6

eps2

Les pensionnaires révisent le bac durant le week-end

Un peu de couleur dans la grisaille

En 1948, les filles ont enfin admises à l’ EPS. Elles portaient des blouses de couleur, la plupart du temps bleues, au début, puis vint le temps du rose et des carreaux.

eps5

eps5

Heureusement que ce titre pompeux et inapproprié d’origine  (École Primaire Supérieure) fut remplacé en 1964  par le patronyme de l’inventeur du stéthoscope pour devenir le « lycée Laennec ».

L’établissement ne cessa de grandir pour accueillir au début de 1970 plus de 1500 élèves.

eps-evolutionLycee LAENNEC

Mon interlocuteur continua son récit:

« Pierre Coïc termina sa carrière comme instituteur des « classes élémentaires » à l’école laïque des garçons de Lesconil.

La sépulture de « Per Coîc » est située au milieu du cimetière de Lesconil, anonyme parmi toutes les tombes ».

L’école laïque de lesconil était située sur la route du sémaphore, de nos jours, rue Victor Hugo,  juste  à côté du grand l’hôtel des Dunes.

Un ami, qui fréquentaient l’école privée, me révéla qu’ils appelaient cette  école : « skol an diaoul » (l’école du diable).

Peut être faisaient ils allusion au rocher du diable situé sur la dune derrière l’établissement scolaire, mais je ne le pense pas, car à cette époque, l’antagonisme était grand entre les communautés « laïques » et « catholiques ». Les élèves des deux établissements ne se fréquentaient ce qui était bien dommage. Heureusement les mentalités ont changées.

ancienne ecole primaire de LesconilJe me souviens très bien de « Per Coïc »,  comme on l’appelait en ce temps-là.

Il avait toujours une blouse grise délavée, preuve de son ancienneté dans l’enseignement.

Il était craint par tous les élèves, qui courbaient l’échine, quand il passait entre les pupitres avec une règle en bois à la main cachée derrière son dos. A la moindre faute de discipline ou même d’inattention, la règle s’abattait sur les doigts du contrevenant. La discipline était devenue son crédo après sa première expérience  d’enseignement chez « les tartares », qui lui avait servi de leçon. Il voulait simplement que ses élèves de lesconil soient moins turbulents et plus disciplinés que ceux du vallon du Cosquer à Larvor.

La classe préparatoire était conduite par Vincent Jégou, tandis que la classe « des grands » (les C.M.) était dirigée par Monsieur Diani,  Directeur du groupe scolaire, instituteur à l’ancienne, rigoureux, mais juste.

Corse d’origine, monsieur Diani fut totalement « adopté » par les habitants de ce petit port du bout du monde à tel  point qu’il y terminera sa carrière puis coula une retraite tranquille avec ses amis « notables » et pêcheurs bigoudens.

Au cours d’un de mes brefs passages à Lesconil, j’avais rencontré, sur le port l’ancien Directeur, qui s’enquerra de ce que je devenais et de mon métier. Lorsque je lui dit que j’étais Officier dans la Marine, je vis de la fierté dans ses yeux et sur son visage.

Je n’oublie pas non plus les classes maternelles qui étaient dirigées par madame Moulin, mes voisins de Pontruche. François Moulin directeur de l’école en 1944, fut arrêté  à Plomeur lors de la rafle organisée par les soldats allemands du Bataillon 800 Nord-Caucasien au cours de la poursuite et de l’extermination du « bataillon  F.T.P. Antoine Volant ».

Pour suivre le récit du « bataillon assassiné » cliquez sur le lien suivant:

https://kermokostories.wordpress.com/2016/01/23/du-sang-sur-la-plage-de-la-torche/

Les bâtiments du groupe scolaire furent vendus au Comité d’Entreprise Total et à l’Association Savoyarde des Classes de Découverte. Les locaux furent réhabilités pour en faire un Centre de Loisirs Nautiques.

Je ne comprends pas pourquoi la municipalité a vendu ces locaux « en dur » pour construire une école « en préfabriqué » dans une zone inondable en plein milieu d’un champ dans une zone inondable ou coulait un ruisseau ou poussait le cresson, qui, je me souviens, débordait par temps de pluies.

ecole docteur flemming

Les locaux  réhabilités auraient certainement pu fait l’affaire pour la petite centaine d’élèves de Lesconil et évité les querelles actuelles. Mais tout ceci est une toute autre histoire qui a fait du « reuz » et du « beuz »et qui risque d’en faire encore.

Revenons à notre histoire de  « Tartares ».

Pendant des décennies, les habitants de Larvor furent surnommés les « Tartares », ce qui constituait aux regard de bon nombre d’autochtones une connotation plutôt péjorative.

De nos jours encore, la majorité de ceux qui qualifient les habitants de Larvor de « Tartares »  ignorent d’où provient ce surnom.

D’après le témoignage d’un ancien élève de l’école privée des garçons de Lesconil communément appelée « École des Frères » créée par la volonté et l’abnégation de l’Abbé Jean-Baptiste Le Mel, ce surnom de « tartares » fut détourné et moqué.

école jb le mel

Voici l’anecdote:

« Ce qualificatif s’est popularisé après guerre (à la fin des années 40) avec cette « sortie » du directeur de l’école des frères de Lesconil qui excédé de voir les élèves de Larvor arriver en retard car ils devaient traverser le Ster pour arriver à l’école demanda à l’ensemble de la classe :

Répétez après moi :

« Les gars de Larvor sont tous des « tard tard »

Larvor de la période des missionnaires celtes à nos jours

La christianisation du Finistère et du pays bigouden par des missionnaires celtes, originaires du sud de l’Angleterre et de l’Irlande, entre le Ve et VIe siècle fut très important. Ils ont créèrent une multitude de chapelles.

Cet endroit sauvage et isolé de Larvor, trop longtemps délaissé, est devenu au fil du temps une bourgade très prisée pour sa situation entre Loctudy, Plobannalec et Lesconil. Le pont enjambant le Ster n’a fait qu’accroître son développement.
Habiter Larvor n’est plus une tare, parole de Saint Quido, qui veille sur ce « peuple tartare ».

kidoOn ne possède pas beaucoup d’information concernant la vie de ce saint, qui d’après les statues est représenté avec une crosse, un livre et une mitre d’Évêque.
St Quido, était un moine ermite qui aurait fui le pays de Galles, traversé la « Mor Breizh » (mer de Bretagne, la Manche actuelle) pour venir s’installer en Armorique, comme beaucoup de ses confrères moines « bretons » (gallois, écossais). Les plus célèbres d’entre eux, qui devinrent Évêques furent :
Saint Malo (moine gallois),
Saint Cadoc (moine gallois, ermite le l’îlot de St Cado dans le Morbihan),
Saint Brieuc (moine irlandais),
Saint Pol (Aurélien) (moine gallois),
Saint Tugdual (moine gallois).

La chapelle Saint Kido de Languidou

Saint Kido se serait sédentarisé dans la baie entre Audierne et la pointe de Penmarc’h près de l’étang de Kergalan autrefois relié à la mer.

languidouA cet endroit, il y fonde le monastère « Langido ». Une chapelle construite au 12 ième siècle, modifiée au 15 ième siècle et ruinée en 1795 fut dédiée à Saint Quido (Saint Kido) « Sant kido e osant-Paeron ar chapel-se » (Saint Kido était le patron de cette chapelle) qui deviendra Saint Guidou. Les ruines de la chapelle sont toujours visibles route de « Languidou » sur la commune de Plovan.
Au 18 ième siècle, Saint Guidou sera francisé en Saint Guy.
L’écrivain breton Per Jakez Hélias, natif de la commune voisine de Pouldreuzic, a décrit la topographie de l’endroit avant son ensablement et sa déconnexion du rivage dans le conte : « La rivière de Kido »
« Le pays de Penmarc’h, en ce temps-là, était un archipel d’îles basses entre lesquelles on circulait par des canaux. Tout au long de la baie d’Audierne, il y avait des ports ouverts. Et c’est par la mer que les pèlerins arrivaient de toute part au grand pardon de Languidou »…
« Ils venaient même de pays étrangers tant était grande la réputation du seigneur saint Kido qui protégeait les hommes et les biens sur l’eau salée »…
« Puis il vint un temps où la mer, on ne sait pourquoi, ni comment dérouta ses courants, elle bannit ses poissons au large, elle encombra ses canaux de sa vase, elle finit par dégorger ; sur ses bords, les galets. La baie de Kido se trouva polie d’un cordon de galets polis et se dessécha derrière ce mur. La rivière devint un étang et les cloches de Languidou sonnèrent le glas du grand pardon. Pendant plusieurs années encore, des navires d’outre-mer, chargés de pèlerins, se présentèrent devant la baie d’Audierne, cherchant l’entrée de la rivière de Kido. Mais ils avaient beau croiser de Pors-Karn à Pors-Poulhan, il n’y avait plus d’entrée ».

La chapelle Saint Quido de Larvor
Une autre chapelle fut bâtie en l’honneur de ce saint très honoré et célèbre de l’époque moyenâgeuse, dont la vie reste encore mystérieuse de nos jours.
La chapelle de Saint Quido aurait été édifiée dans le bourg de Larvor au lieu-dit « Treguido », entre le XV et XVI ième siècle. Elle dépendait de l’ancienne paroisse de Plonivel situé sur la commune de Plobannalec-lesconil.

quido1

quido2quido3Dans la chapelle, Saint Quido, est représenté sur la bannière et sur la statue  avec une mitre, une bible et une crosse d’évêque.

Sur le socle de la petite fontaine aux eaux miraculeuses, une statuette le représente avec les mêmes artifices.

On a très peu d’information  sur la vie  ce saint, si ce n’est qu’il fut un moine ermite de Bretagne avant de devenir évêque.

« Reine de Larvor » est un cantique toujours chanté à l’église, en particulier lors des processions en l’honneur de Saint Quido:

« Reine de l’Arvor, nous te saluons,

Vierge immaculée en toi nous croyons ».

thonier saint quidoLes thoniers pêchant avec des lignes à la traîne ont tous disparus, le Saint Quido de Concarneau (C.C.) fut l’un des derniers thoniers  à  tangons (perches).

Le Saint Quido fut construit en 1965/66 immatriculé au quartier de Guilvinec  » GV 8314″

Son propriétaire et patron fut Jean Claude Le Roux de Larvor en Loctudy. Il fut vendu à un armateur concarnois et immatriculé « CC 302 743 ».

thonier saint quido 2

Les histoires de Tartares ont toujours passionné les cinéastes.

films tartares

                                                      La littérature « tartare »
En 1841, le père Évariste Huc (1813-1860) entreprit en 1841 un extraordinaire périple de cinq années à travers la Mongolie et la Chine.
De 1844 à 1846, Il a réuni tous ses souvenirs de voyage dans un roman intitulé :

« Souvenirs d’un voyage dans la Tartarie et le Tibet »

Pere Huc souvenir d'un voyage dans la tartarie

Dans son livre, Il disait en substance :

« Nul lieu n’est impénétrable pour quiconque est animé d’une foi sincère ».

D’autres romans racontent la vie de ce peuple Tartare

la vie des tartares

Épilogue

Il n’est jamais trop tard

pour dire

qu’habiter Larvor n’est pas une « Tare »

Textes, photos et montages de Jean Claude Quideau

Novembre 2015

Publicités

Le Crabe Mousse

crabe mousse San FranciscoŒuvre d’art située au bout du « pier 39 » (quai 39)  de San Francisco

Le quai 39 est le lieu de villégiature préféré des habitants de San Francisco avec ses bars, boutiques, restaurants et… ses otaries et ses  lions de mer qui se prélassent sur les pontons.

Une nouvelle histoire vécue, dont je garde en mémoire des souvenirs mitigés, les bons comme les mauvais.

Je dédie ce récit à tous les marins des « malamoks » du pays bigouden, et en particulier, à ceux de Lesconil.

Mousse du « Crap Melen » (Corail Jaune) GV 302 497

Photo de Christian Signor: le chalutier  « le Crap Melen » à Concarneau après vente .

On peut voir cette photo diffusée sur le site :

http://wwwbateaudepeche.net

Les modifications effectuées sur le « malamok » (chalutier) depuis sa construction en 1953:

– Un enrouleur de chalut à l’arrière à la place des potences appelées « fermes » qui étaient situées coté bâbord et qui servaient à virer les câbles (funes) du chalut pour le ramener le long du bord,

– des ailerons de part et d’autre de la passerelle, 

– un radar sur le toit de la passerelle.

Il a gardé son immatriculation du Guilvinec: GV 302497.

Voir le dessin de l’original dans la rubrique méthode de chalutage. Le chalutier « Crap Melen » après avoir été vendu à un armateur de Concarneau a été démoli en 1998.

AVANT PROPOS

« CRAP » & « KRANK »

« Crap » est le mot breton qui signifie « corail »

« Crap Melen » signifie « Corail Jaune »

« Krank » est le nom breton qui signifie « Crabe ».

Dans le pays bigouden, de Loctudy à Lesconil, lors des grandes marées, les petits crustacés abondaient  sous les cailloux, sous les goémons, et dans les trous d’eau que la mer avait laissées en se retirant.

Pendant la durée d’exondation (le retrait de la mer) des différentes parties de l’estran, il était possible de pécher à pied et d’accéder à des fonds qui la plupart du temps étaient inaccessibles.

Les crustacés les plus abondants étaient les étrilles. Les bigoudens les nomment « crabes cerises » à cause de la « couleur cerise » quand ils sont cuits.

On pouvait également dénicher sous les roches  les délicieux ormeaux, qui malheureusement, de nos jours continuent d’être pillés, mais également des petits crabes couverts de mousse appelés « toulourous », que l’on peut traduire par « tout est roux »

Dans le pays bigouden, ce crabe est considéré comme étant une espèce à part, bien que ressemblant globalement à l’animal adulte.

En réalité, le « crabe mousse » est bien la forme juvénile de l’araignée (maja squinado).

CRABES MOUSSE

Des années 1920 à 1960,  le port de Lesconil était réputé pour ses « caseyeurs » qui allaient pêcher les crustacés le long de la côte des rochers des « Inizan » aux roches traitres des « Etocs » devant le Guilvinec.

Les endroits les plus propices étaient situés vers les rochers aux noms parfois étranges donnés par les pêcheurs : « Ar Char » (la charrette), les « fourches », « Ar  Guisty » (les putains) pourquoi un nom aussi évocateur pour désigner des roches ? Côtoyer des péripatéticiennes pourrait en effet être dangereux… »putains de roches!.. »

carte lescoChaque bateau avait plus d’une centaine de casiers. Ils ramenaient quotidiennement des centaines de kilos de tourteaux, araignées et bien sûr les homards bigoudens. Je me souviens avoir entendu mon grand-père annoncer 800 kilos de crustacés dans une journée, ce qui était remarquable. De nos jours, quelques dizaines de kilos sont ramenés à terre quotidiennement.

Les casiers, sortes de nasse en bois étaient fabriqués à la main par les pêcheurs eux même durant l’hiver.

Ils étaient faits  en osier ou en lames de châtaigniers pour les pêcheurs bigoudens.

Les casiers de mon grand-père

Mon grand- père les fabriquait dans un petit appentis sur le pignon de la maison, mais quand l’hiver était rude, il se repliait dans la petite cuisine qui était chauffée avec un poêle à charbon. Il y passait toutes ses matinées et après-midi à fabriquer ses casiers.

Sur le cliché des années 1950, totalement à gauche, on peut apercevoir mon grand-père qui répare un de ses casiers, son frère est accoudé derrière lui. A l’arrière plan la grande maison de deux étages de mes grand-parents (en sombre).

Son frère Sébastien, en faisait de même dans sa maison face au Ster et au Sables Blancs.

Quand les beaux jours arrivaient, ils étaient fin prêt pour larguer leurs filières de casiers entre Goudoul et les Etocs.

Les brins de châtaigniers étaient préparés par un « feuillardier ». Celui ci coupait les branches (tiges)  de châtaignier en deux pour obtenir un « feuillard » qui pouvait facilement être plié jusqu’à former un cercle.

Les casiers étaient montés sur un gabarit pour lui donner sa forme.

Deux formes principales de casiers:

types de casiers–          Le casier rond

–          Le casier cylindrique

Dans la partie haute un entonnoir permettait au crustacé de s’introduire dans le casier, mais il ne pouvait plus en sortir.

Étapes de la construction d’un casier rond

Pierre Marie Quintric, mon grand-père fabriquant ses casiers ronds

Les différentes  étapes de la construction des casiers

Les casiers étaient lestés avec deux pierres, à l’intérieur, pour lui permettre de descendre verticalement au fond de l’eau de rester stables avec son entonnoir vers le haut.

Dans les casiers, les pêcheurs accrochaient sur un lacet différent types de poissons qu’ils nommaient la « boëtte » pour attirer les crustacés dans la nasse , en général des chinchards car ceux-ci  n’avaient pas beaucoup de valeur marchande. Ils conservaient la « boëtte » dans des barriques avec de la saumure. Au bout de quelques jours la « boëtte » fermentait et sentait le « nuok mân » qui plaisait bien aux crabes. Il faut dire que les crustacés sont considérés comme les charognards des océans.

Les chinchards, que certains jours, les malamoks ramenaient par tonnes étaient pratiquement tous rejetés à la mer sauf la  partie qui était réservée aux caseyeurs attitrés.

Le chinchard, dont le prix a fortement grimpé de nos jours, l’espèce se faisant plus rare, est utilisé pour donner un goût âpre aux soupes de poissons. Il n’est pas recherché par les connaisseurs car plein d’arêtes.

Les casiers étaient  immergés l’un après l’autre en filière de 10 à 40 casiers.

A chaque extrémité de la filière une bouée surmontée d’un mât avec un pavillon de couleur permettait aux pêcheurs de retrouver sa filière.La filière était maintenue en place sur le fond au par des lests de pierres.

Chaque casier était maintenu à la filière par un « orin » (corde de chanvre).

La filière de casiers

Un retour en arrière dans le pays bigouden dans les années 1960

Pont l’ Abbé

Nous sommes à la fin du mois de juin 1961, ce vendredi après-midi, un beau soleil inonde la cour,  l’effervescence règne au Lycée Laennec, les élèves se précipitent vers la sortie ou dans les différents cars qui sont stationnés  devant les réfectoires.

C’est les grandes vacances, les mines sont radieuses, car beaucoup envisagent le farniente à la plage et les bains de mer.

Je suis, est bien moins joyeux que la plupart de mes camarades, car les vacances   qui s’annoncent seront bien moins reposantes et festives que celles de ses compagnons de classe.

Ce n’est pas pour me réjouir, car je m’en vais pour deux mois vers un monde totalement inconnu et que j’appréhende un peu:

celui des marins pêcheurs et plus particulièrement celui des chalutiers, les fameux  « malamoks ».

Lesconil

Dans les années 1960, le petit port de pêche de Lesconil comprend  plus de cinquante « malamoks », qui s’en vont, de bon matin, pêcher les poissons et surtout les  langoustines au large dans le golfe de Gascogne entre les Glénan et la pointe de Penmarc’h.

Le métier est rude et la pêche se fait au chalut de fond, à la traîne.

La méthode du chalutage des années 1950/1960

Chalut classique à Lesconil quai Ouest dit de Langoguen (Langogen).

Chalut en réparation quai Est coté Men « Ar Groaz »

Le Guilvinec

L’entrée du port, la criée

Après une visite médicale pour déterminer l’aptitude à la mer au quartier Maritime du Guilvinec (GV) , me voilà inscrit maritime,  mousse du « Crap Melen » (corail jaune).

Je n’avais  pas encore 14 ans.La visite médicale effectuée, il faut maintenant s’équiper de la tête en cape en « marin ».

Direction la coopérative maritime de Lesconil.

Pour une semaine à la mer, un couchage s’avère indispensable. Me voilà donc avec une espèce de grand sac rustique en toile de jute qu’il faut remplir de paille.

Mon grand-père s’en charge en le bourrant le plus possible pour éviter qu’au bout d’un certain temps, avec le poids de se retrouver au contact des planches du fond de la couchette.

La « paillasse » (nom donné au couchage) est fin prête.

Ma valise se remplie des affaires indispensables pour une semaine de mer :

Un tablier jaune pour remonter le chalut sans se salir et se mouiller et pour trier les poissons et les langoustines

Un ciré jaune avec pantalon et vareuse,

vareuses et pantalons en coton bleu,

Des bottes en caoutchouc,

Un bonnet de laine et surtout le fameux Opinel pour étriper les poissons.

Toutes sortes de petits linges et quelques boites de conserve dont l’indispensable pâté Hénaff.

La valise est pleine à craquer, il va falloir y aller.

J’ai gardé précieusement cette relique en osier.

Le Corail Jaune (Crap Melen)

corail jauneLundi, le rendez-vous est à 02h00 du matin sur la place de la Poste à Lesconil, le taxi « Biger », nous conduit sur le port de Loctudy.

Loctudy

De nos jours, les quais de la criée, sont la plupart du temps déserts.

Le « Crap Melen » est à couple de la « Berceuse II » autre chalutier de Lesconil, qui lui aussi, vendait sa pêche à Concarneau.

BERCEUSE iiLa « Berceuse II » de  Louis Primot à quai à Loctudy

Il y avait à cette époque cinq « malamoks » de Lesconil qui chalutaient entre l’archipel des « Glénan » et l’île de Groix : en plus du « Crap Melen » d’André Le Pape, de la « Berceuse » de Louis Primot, il y avait la « Marseillaise » de Louis Le Fur, le « Réséda » de Corentin Durand et le « Kerdalaie » d’ Elie Percelay.

Je n’ai jamais bien compris pourquoi, ces cinq chalutiers de Lesconil, vendant leur prises à Concarneau durant toute la semaine étaient basés à Loctudy. A cette époque il n’y avait pas de quota de pêche.

Tous les lundi de très bonne heure (02h00), il fallait faire appel au taxi « d’Albert Biger » qui nous attendait sur le parking de la poste à Lesconil pour nous conduire sur le port de Loctudy…c’était à mon sens une aberration. Il aurait été plus judicieux d’appareiller directement du port de Lesconil vers les lieux de pêche situés derrière Les Glénan. La mise à l’eau du chalut se faisait en général près de la « basse jaune ».

« Dédé » Le Pape, le patron,  tel un « grand échassier  » à la porte de la passerelle, toujours avare de mots, jamais un sourire, même quand la pêche était bonne, donne l’ordre de larguer les amarres.

Les amarres aussitôt retirées, le Crap Melen s’écarte du quai et s’élance lentement vers la sortie du port. Le moteur de 120 CV Baudouin s’ébroue en lâchant des volutes de fumée noires.

Louis Chaffron, le mécanicien, le visage écarlate, boudiné dans sa vareuse délavée, le pantalon lacé sous une bedaine proéminente, sort tel un mineur de fond du poste moteur.

Une odeur d’huile  et de gaz oïl envahie totalement le poste d’équipage.

Nous laissons la tourelle de la Perdrix sur tribord et déjà le chalutier se balance bord sur bord.

Je rejoins le poste avant ou se trouve ma paillasse, parmi les chaluts de rechange, les câbles pleins de graisse, les poulies huilées, les panneaux et toutes sortes de matériel de secours en cas de casse.

L’ odeur est insupportable,et j’essaye de trouver un sommeil qui n’arrive pas, mais plutôt une nausée de cet endroit qui sera ma couchette durant toute la semaine. J’en éprouve déjà une aversion pour cet endroit qui m’est révolu. J’en garderai de très mauvais souvenirs.

Les zones de pêche du Crap Melen étaient toujours les mêmes, situées entre l’archipel des Glénan et l’île de Groix autour du plateau de la « Basse Jaune ».

carte basse jauneLa zone était vaste, mais pratiquement toujours en vue de terre pour pouvoir se repérer avec les amers et les points remarquables tel que les phares de l’île Penfret et celui de l’ile de Groix.

Concarneau ( KONQ KERNE)

la ville close

Le quai de débarquement des poissons et la criée

Les escales à Concarneau était plutôt brèves. Le temps de débarquer la pêche durant la nuit qu’il fallait repartir aussitôt en mer.

Une seule fois, pour cause de tempête, la flottille des malamoks lesconilois fut clouée au port pendant une journée entière.

Certains en profitèrent pour faire un tour en ville, pas très loin, juste derrière la criée. Après avoir traversé les rails du chemin de fer, il y avait des marche-pieds réalisés avec des caisses de criée, pour passer sans encombre. On arrivait, après avoir passé la route  directement  dans le quartier de prédilection des dockers et des marins, celui « des bars à matelots »…interdits aux « mousses »…

De nos jours, l’ilot n’a pas beaucoup changé.

Avec d’autres jeunes marins des chalutiers lesconilois, nous nous rendîmes à  « l’École de Pêche » maintenant appelée  « École des Formations Maritimes » de l’autre côté de la ville close.

Cette école existe toujours et elle regroupe toutes les formations maritimes.

Le grand bâtiment austère de l’école de pêche

Le samedi matin après avoir débarqué la pêche du jour, et avoir reçu le « billet rose » du montant des ventes de la semaine, nous appareillons en direction de Loctudy en longeant la côte au plus près. Après la pointe de Beg-Meil, celle de Mousterlin, la traversée de la baie de Benodet, nous voila devant la tourelle de la Perdrix que nous laissons cette fois-ci sur tribord pour accéder au port de Loctudy, notre point de départ.

Pendant cette traversée, on en profitait pour ranger le chalut le long du bord, laver le pont, les caisses de langoustines et nettoyer le minuscule carré. On en profitait aussi pour faire un brin de toilette, car après toute une semaine, la barbe naissante avait envahie la figure et tout le corps était imprégné de l’odeur des poissons. l’habit de coton pouvait tenir debout tout seul avec tout le sel séché qui le raidissait.

Le « Crap Melen » comme les autres « malamoks » de cette époque, n’étaient  pas équipés de lavabos ni même de toilettes. Il fallait se débrouiller pour  faire ses besoins assis sur le bastingage accroché aux haubans, le pantalon à « mi-drisse ». La position n’était pas des plus confortable et de plus très risquée à cause des coups de roulis qui vous amenaient les fesses dans l’eau avec le risque de vous faire basculer par dessus bord.

On faisait  également très attention à la direction du vent,  pour éviter que les papiers ne virevoltent vers la passerelle  et viennent se coller sur les vitres ou plus grave encore,  sur la casquette du patron. Cela était déjà arrivé et vous pouvez vous imaginer sa colère . Inutile de vous dire que l’on ne s’attardait pas le moins du monde dans cette position. Pas le temps de lire le journal, les nouvelles n’étant d’ailleurs pas fraîches, mais l’eau de mer, oui…

Arrivée à quai à Loctudy, plein de gas-oil, vivres pour la semaine suivant et départ en taxi vers Lesconil.

Le samedi après-midi vers les 16h00 , rendez-vous dans un des nombreux bars pour les comptes et le partage de la paie.

Tout d’abord, tous les frais (gas-oil, vivres, abonnements radio, etc..) étaient déduits de la somme globale des gains de la pêche.

La somme restante était divisée en deux. Une moitié pour le patron, le reste pour l’équipage.

Dans cette part le patron avait  également une autre part et le mousse 1/2 part.

la moitié dévolue au patron, armateur, était réservée aux remboursements des crédits pour  l’achat du bateau, des frais divers et fortunes de mers comme une perte de chalut ou le remplacement de matériel (moteur, panneaux, câbles etc..). Inutile de préciser que les patrons faisaient très attention à ne pas perdre de matériel. Sur le Crap Melen, « Dédé » n’allait pas souvent « caresser la roche » ou se nichent pourtant les langoustines. Il préférait faire des coups de chalut de trois heures sur des zones sablonneuses ou les risques sont quasiment nuls à moins de rencontrer une épave , mais à contre partie, les prises ne sont pas terribles…à croire que cela suffisait…routine quand tu nous tiens.

Comme le dit si bien l’adage: « qui ne tente rien n’a rien ».

Deux ans plus tard, sur un autre malamok, j’ai pu voir que le risque payait, mais cela est une autre histoire.

L’été suivant me revoilà toujours mousse sur le « Crap Melen », mais je n’ai plus aucune motivation pour ce bateau et ce sera ma dernière campagne de pêche à Concarneau.

LESCONIL, ÉTÉ  1963 SUR « LA MARYSE FRANÇOISE » GV 7859

Photo Philippe Malepertu sur le site:

http://www.bateauxdepeche.net

De novice à matelot sur un autre « malamok » de Lesconil:

« La Maryse Françoise » GV 302 582

On peut noter que l’immatriculation a changée dans les années 1980

Le chalutier Maryse Françoise à été construit en 1959 dans les chantiers « Le Cœur » situés en plein centre de Lesconil. Les membrures terminées, le bateau remplissait entièrement la cour du chantier. A se demander comment allait t’ on le sortir de cet espace pour rejoindre le port en passant par la grande rue puis celle plus étroite encore devant l’ex pharmacie.

C’était un samedi de 1960, tous les habitants de Lesconil suivaient les opérations. Cette immense coque vide reposant sur deux chariots traversant le village tractée par un vieux camion.

Il fallait parfois lever les fils électriques et téléphoniques pour permettre le passage.

La mise à l’eau,  après baptême, s’effectua sans problème majeur et le nouveau chalutier flotta très haut sur l’eau, il était totalement vide et le bois était bien sec.

En compagnie de Gérard, frère du patron, nous fûmes parmi les premiers à monter à bord. Comme quoi le destin fait bien les choses car j’étais loin d’imaginer qu’un jour j’embarquerai comme novice puis matelot pendant quatre été sur ce tout nouveau chalutier.

Je fut impressionné de voir toutes les membrures de la proue à la poupe sans aucune cloison, un beau et grand vide, un travail majestueux qui faisait la réputation des chantiers Le Cœur. Ce fut leur dernière grande réalisation.

Ce qui ne changeait pas pour moi contrairement à tous mes camarades qui rentraient tous les soirs chez eux, une semaine complète à la mer.

Les cales pleines nous débarquions notre pêche durant toute la nuit du samedi à la criée de Guilvinec avant de faire route au plus près des côtes vers Lesconil.

Ce qui a changé: Tout !…ou presque !… la Maryse Françoise était considéré à cette époque comme le meilleur chalutier de Lesconil.

La « Maryse », comme tous les habitants de Lesconil l’appelait était basé à Lesconil, juste devant la maison familiale. Je n’avais qu’une centaine de mètres à faire pour être à bord ce qui est appréciable.

Le lundi, le départ en mer est bien plus tôt que sur le « Crap Melen » car les zones de pêche sont plus lointaines, quatre heures de route en général. Il n’était plus question de se positionner avec les amers en vue des côtes.

Le chalutier était équipé de matériel le plus performant pour l’époque: « le système de radio navigation DECCA « .

Le système de radio navigation a été inventé par l’ américain J. O’ Brien en 1941 et développé par les anglais de « Decca Radio et Télévision de Londres ».

Il a été utilisé pour la première fois pour le débarquement en Normandie. Il permettait aux navires et aux aéronefs de se  positionner correctement, par rapport au fond, dans le dispositif du « D » Day.

Le « DECCA » n’était pas la panacée, car il était assujetti à des transmissions de stations à terre situées dans des positions différentes qui émettaient des signaux radio à différentes fréquences. Le recoupement des droites de  ces signaux donnait un point ( un fixe) plus ou moins précis.

Le système DECCA est composé de stations terrestres organisée en chaînes.

Chaque chaîne comporte une station maître (master) et trois (parfois deux) stations esclaves (slaves), repérées en jargon Decca « Rouge », « Vert » et « Violet ». Idéalement, les esclaves seraient aux sommets d’un triangle équilatéral, et le maître au centre.

Le Decca utilisait initialement des ondes continues sur quatre fréquences entre 70 et 130 kHz.

La station  « master » (maître) émettait ses signaux radio sur la fréquence de 85 Khz.

les stations  » slaves » (esclaves) transmettaient les ondes:

– Le rouge entre 112 et 115 Khz

-Le vert entre 126 et 129 Khz

                                                                                – Le violet entre 70 et 72 Khz

Le positionnement des navires par rapport aux fonds marins a été tout de suite appliqué par les chalutiers, à condition d’avoir de bonnes cartes. Ces cartes, vierges à l’origine se complétaient petit à petit avec les acquis et les expériences, les bonnes comme les mauvaises: chaluts déchirés sur la roche, et parfois même perte totale du matériel de pêche.

Le chalutier devait suivre les trois phases relatives entre la fréquence maître et les fréquences secondaires (esclaves). Il a été perfectionné dans les années 1970.

Récepteur DECCA MARK 12

Pour déterminer le point, on mesure le déphasage entre les signaux issus de la station maître et ceux issus de chacun des esclaves. La taille du triangle constitué par les intersections des hyperboles renseigne sur la précision du point : plus la surface du triangle est petite, plus la précision est bonne.

Le jour, ces erreurs allaient de quelques mètres sur une ligne de base à un mille en limite de portée. La nuit les erreurs augmentaient.

Les chaînes Decca sont aujourd’hui arrêtées.

Ce système étant devenu obsolète à été remplacé par le LORAN C, puis par le GPS.

Le patron, aimait les risques et n’hésitait pas à slalomer, grâce au positionnement en temps réel du malamok donné par les hyperboles du Decca, entre les pointes de roches, pour dénicher les bons coins ou se cachent les langoustines.

Exemple de carte DECCA renseignée par le patron du chalutier

Je me souviens très bien des changements de cap très marqués avec pleine puissance pour contourner les zones critiques et éviter ainsi que le chalut ne « croche » les roches et ne soit déchiré.

A cette époque les chaluts étaient encore fabriqués en chanvre et au moindre accrochage avec le fond ils filaient presque comme des bas de soie. Plus tard les mailles des chaluts furent conçues en fils de nylon ( cristal) plus résistants.

Mon ami Guy le Brun en plein travail de « ramandage » sur un chalut de fond

J’ai parfois vu près de nous au large de Penmar’ch les gros chalutiers soviétiques de pêche par l’arrière qui venaient taquiner la langoustine avec des chaluts avec mailles en fils d’acier.

Ils ne se préoccupaient pas des zones de roches.  Ils dévastaient tous les fonds marins en dehors des zones territoriales françaises des 12 miles. C’est durant la convention de Genève en 1958 que le droit de la mer fut codifié avec les notions de « mer territoriale », « zone contiguë » et « haute mer ».

La Zone Exclusive Européenne (ZEE) n’existait pas encore.

La ZEE trouve son fondement juridique dans la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (signée le 10 décembre 1982 à Montego-Bay ).

Dans la zone économique exclusive, l’État côtier a :

– des droits souverains aux fins d’exploration et d’exploitation, de  conservation et de gestion des ressources naturelles, biologiques ou non biologiques, des eaux subjacentes aux fonds marins, des fonds marins et de leur sous-sol, ainsi qu’en ce qui concerne d’autres activités tendant à l’exploration et à l’exploitation de la zone à des fins économiques, telles que la production d’énergie à partir de l’eau, des courants et des vents,

– juridiction en ce qui concerne la mise en place et l’utilisation d’îles artificielles,      d’installations et d’ouvrages, la recherche scientifique marine, la protection et la préservation du milieu marin. »

Ce que beaucoup de gens ignore c’est que la France se classe en deuxième position en surface totale de ZEE grâce à toutes ses îles , départements et territoires d’Outre-mer:

– États-Unis : 11 351 000 km2

– France : 11 035 000 km2

– Australie : 8 148 000 km2

– Russie : 7 566 673 km2

A noter que les États-Unis n’ont toujours pas ratifié cette convention.

Le travail sur « la Maryse » n’était pas facile avec un patron « droit dans ses bottes » sur de lui, très exigeant, mais juste.

Nous étions toujours les premiers pour partir en mer, le lundi peu après minuit vers 01h00 ou 02h00 du matin. Dur dur, lorsque l’on est jeune et qu’il y a le bal du dimanche soir qu’il faut quitter pour enfiler ses habits de coton, prendre son panier et monter à bord.

Les quatre heures de route à la barre du chalutier me paraissaient  une éternité et souvent les paupières qui se faisaient lourdes se fermaient de temps en temps.

Heureusement la radio permettait de rester veiller pour tenir le cap et retrouver sur le DECCA , la position prévue pour effectuer le premier coup de chalut avant le lever du soleil.

Une petite anecdote de mon passage sur le chalutier Maryse Françoise qui restera à jamais gravée dans ma mémoire.

J’avais pratiquement terminé un quart de près de quatre heures. le jour n’était pas encore levé, mais Il faisait un peu plus clair. La tête était lourde après toutes ces heures passées à la barre, qui n’était pas hydraulique comme maintenant, mais à chaînes.  Il fallait sans arrêt compenser d’un bord ou de l’autre, ce n’était pas aisé.

Un « coup de pompe », j’ai du m’assoupir quelques secondes, j’ouvre les yeux et, devant moi,  à quelques centaines de mètres, des flashs blancs très rapides, apparurent soudainement devant l’étrave du chalutier.

Je ne me pose pas de questions et je tourne rapidement la roue de la barre à fond sur la droite, le chalutier fait un tour complet. Je regarde dans la direction des occultations et  je m’aperçois qu’ il s’agit  du kiosque d’un sous- marin qui venait de faire surface sous mon nez. Heureusement nous étions en paix et je n’ai pas eu à redouter d’un tir de torpille.

J’ai eu une belle frayeur mais je reprends mes esprits et mon cap après avoir fait une grande boucle pour éviter le sous-marin qui semble maintenant stoppé.

Il s’agissait d’un des sous-marins basés à cette époque à  Lorient. Sans doute un sous-marin de 1600 tonnes du type « Narval », car ce type de sous-marins étaient basés à Lorient à partir de 1958.Les classes « Daphné » de 800 tonnes ne le seront qu’à partir de 1964 et les quatre classe « Agosta »  de 1500 tonnes à partir de 1984.

Voici une autre anecdote, que m’a racontée Louis Primot, lors d’une journée de mer avec lui sur son chalutier la « Berceuse II ».

La « Berceuse » et le « Requin »

Le 1er avril 1963, le chalutier « la Berceuse II » de Lesconil est en pêche dans le Sud-Ouest de l’archipel des Glénan au large de l’île de Groix.

Ce malamok fait partie, comme le « Crap Melen » de la flottille de chalutiers de Lesconil basés à Loctudy qui vendent le produit de leur pêche à Concarneau.

Le chalutier la « Berceuse II » se trouve alors à 12 milles dans le sud-sud-ouest de Groix.

C’est le premier coup de chalut, il fait encore nuit.

La Berceuse  vient de filer son chalut de fond avec 200 mètres de funes. Les câbles sont pris dans le chien et la traine vient tout juste de commencer quand le bateau  ralenti brusquement, le moteur force. Le patron, Louis Primot pense que les panneaux sont pris dans un fond vaseux. Il pousse la poignée des gaz, sans effet et s’apprête à stopper quand tout à coup, le chalutier effectue un quart de tour sur lui-même. Le bateau se couche sur tribord, son plat bord sous l’eau, la mer l’envahit jusqu’à la passerelle.

« Lili » Primot, ne perd pas son sang-froid et donne  l’ordre de laisser filer les funes.

A peine cet ordre exécuté, le navire est entraîné en marche arrière à grande vitesse de l’ordre de 12 nœuds.

Le patron n’a plus le choix, il faut tout larguer pour sauver le bateau.

Il ordonne de dévider les funes jusqu’au bout et lorsque le treuil sera vide de mettre une bouée à l’eau  pour marquer l’emplacement du matériel pour essayer de le récupérer plus tard.

Si la « Berceuse », vient d’être malmenée plutôt que d’être bercée, c’est qu’elle vient de faire une prise sensationnelle, un requin, mais pas n’importe lequel car il s’agit du sous-marin le « Requin » basé à Lorient qui effectuait un exercice de plongée dans les parages.  Le sous-marin fit aussitôt surface.

Le « Requin »  S 634,  était un sous-marin classique de 1600 tonnes  de type « Narval ». Long de 78 mètres avec un équipage de 64 marins. Il pouvait atteindre une vitesse de 18 nœuds en plongée.

Il fut mis à flot en 1955, en service en 1958, désarmé en 1996 et coulé comme cible au large de Toulon. Il était durant cet épisode commandé par le lieutenant de vaisseau Japy.

La Berceuse qui n’a pas subi de dommage, seulement quelques frayeurs pour le patron Lili Primot et son équipage regagna le port de Loctudy pour faire son rapport aux Affaires Maritimes et signaler la perte de son matériel.

Cet épisode qui eut  lieu un 1er avril, n’était pas un poisson, même s’il en portait le nom.

Il s’agissait bien du « Requin » le sous-marin de  1600 tonnes basé durant cette période à Lorient Keroman.

Il n’y a plus de base sous marine à Lorient, mais par contre on peut visiter à la base des sous-marins de Keroman un sous-marin du même type: « Le  Flore » ainsi que la « Cité de la voile » Eric Tabarly qui jouxte l’ex base sous-marine.

Les sous-marins francais ont également déserté cette base construite durant la dernière guerre par les allemands pour protéger leurs  « U-Boat » qui semaient la terreur dans les convois alliés en Atlantique.

La base idéalement placée servait même d’amirauté pour la flotte sous-marine sous les ordres de l’Amiral Dônitz.

La flottille des « U-boat » de la base sous-marine de Lorient

L’amiral Donîtz s’installe avec tout son état-major en face le la base sous-marines.

Les trois villas de Kernevel (Kerozen, Margaret et Kerlilon) sont réquisitionnées.

Ces trois villas,  Kerozen (1850), Margaret (1896) et Kerlilon (1899), furent construite dans la  deuxième moitié du XIX éme siècle par des armateurs de la pêche à la sardine, présidents de la chambre de commerce de Lorient et apparentés aux plus grandes familles de la bourgeoisie lorientaise.

LA VILLA KERLILON  dite « CHÂTEAU DES SARDINES »

Que signifie ce terme ?

Y aurait-il un rapport avec les poissons ?

Ou un rapport avec les galons des officiers?

Dans la Royale l’équipage dénommais les grades de leurs officiers au nombre des «sardines » Certains pourraient croire que ce nom donné à  la villa vient du fait qu’il  a  eu beaucoup de gradés qui y habitaient.

Les grades des officiers au nombre de  leurs « sardines »:

–          Une sardine correspondant à un galon, Enseigne de Vaisseau,

–          Trois sardines, lieutenant de vaisseau  etc…

Que nenni, en réalité ce nom  vient de la réussite des Armateurs lorientais de la pêche à la sardine qui habitaient ces lieux, à Larmor Plage, en face de Lorient, signe ostentatoire de leur réussite.

Trois villas, faisaient face au front de mer avec pour horizon le fort Saint-Louis à l’Est et le port de pêche au Nord. De leurs villas les armateurs pouvaient surveiller les départs et les arrivées de leurs navires au port de pêche de Lorient Keroman.

La villa Kerlilon était utilisée comme de  poste de commandement de la poche de Lorient par l’Amiral Dönitz.

Après la guerre, les villas sont louées par la Marine Nationale qui y abrite son État- major. En 1956, la Marine achète les villas Kerlilon et Kerozen.

Depuis 1945, la villa Kerlilon sert exclusivement de résidence à l’Amiral commandant l’arrondissement maritime de Lorient.

La villa Margaret fut rendue à ses anciens propriétaires. « Cap Lorient » rachète la villa pour la transformer en un sympathique bar du port de plaisance de Kernevel ou règne encore l’atmosphère des sous-mariniers des « U-Boat »

Le parc devant Port-Louis est très agréable avec tous les mouvement des bateaux de toutes tailles qui rentrent et sortent des ports de Lorient.

Pour ceux qui sont intéressé par cette histoire suivez le lien:

https://kermokostories.wordpress.com/le-chateau-des-sardines/

Après cet épisode lorientais, retour en mer sur la « Maryse »

Les semaines passaient rapidement, le moteur ne s’arrêtait pratiquement jamais.

Les journées de travail dépassaient les 18h00 et parfois plus, sans que personne ne se plaigne. La nuit était courte, entre quatre et six heures et encore fallait il assurer, à tour de rôle, un quart de deux heures. Il nous est arrivé de faire du non stop 24/24 pour pêcher les baudroies.

la baudroie communément appelée lotte

Le débarquement au Guilvinec était alors assez impressionnant avec toutes ces rangées de caisses de lottes de toutes les tailles alignées sous la criée.

Les autres patrons pêcheurs de Lesconil étaient incrédules de voir cette pêche, alors que leurs prises étaient dans la norme. Sébastien Cosquer le patron de la « Maryse » était un peu casanier et la discrétion était son crédo.

Une autre anecdote de pêche sur la « Maryse »

Je me souviendrai toujours de ce fameux lundi.

Nous avions quitté le port de Lesconil de très bonne heure pour une semaine de mer.

Quatre heures de route comme d’habitude vers le  large de Penmarc’h.

Mise à l’eau du chalut et trois heures de traine. Serge  veille « au chien » pour ce premier coup de chalut de la semaine.

Être de   » chien » Quesako ???

Quelle galère que d’être lié à une chaîne comme un pauvre toutou qui doit en plus aboyer quand il ressent des secousses sur les câbles. Les secousses sont engendrées par les chocs des panneaux sur de la roche.  quand cela survient, il y a danger pour le chalut car il risque d’accrocher et de se déchirer.

Le chien est une pièce d’acier qui encercle des deux « funes » (câbles reliant les panneaux) comme dans une mâchoire.Les deux câbles sont prisonniers l’un au dessus de l’autre. L’homme de chien en enserrant les deux câbles dans sa main ressent tous les vibrations et les chocs sur l’un ou l’autre des câbles ou parfois les deux. On peux donc déterminer quel panneau, celui de  bâbord ou de tribord transmet les coups par l’intermédiaire des funes quand l’un ou l’autre des panneaux rencontre un plateau rocheux.

Le patron vire aussitôt de bord  pour éviter que le chalut de croche dans la roche et se déchire.

Quand les deux panneaux tapent en même temps c’est  qu’il n’y a plus d’échappatoire possible et qu’il faut stopper au plus vite et virer le chalut en faisant route inverse.

Panneau classique des années 1960

Les funes (câbles) permettent de filer le chalut jusqu’au fond et de le remonter au bout de deux ou trois heures de traîne appelé « trait de chalut ».

Au bout des trois heures le chien est largué et on commense à virer le chalut.

Les panneaux sont fixés aux « fermes » (potences) par des chaines qu’aussitôt le « cul » du chalut remonte à la surface rempli à ras bord de gros poissons gonflés d’air par une remontée à la surface trop rapide.

Le chalut ressemble a une grosse baleine qui se balance au gré de la houle.

Panneau divergents utilisé de nos jours

L’embarquement à bord se fait par palanquées successives,le pont et les deux coursives sont pleines de lieux frétillants jusqu’au milieu du bastingage.

Lieu jaune polachius-pollachius

Le lieu jaune est un excellent poisson et les meilleurs d’entre eux sont ceux de petites tailles péchés à la ligne devant la grande plage et le rocher de l’éléphant blanc.

Les tonnes de lieux à bord, il ne restait plus qu’à les vider et les mettre en cale. Celle ci  fut vite remplie et nous n’avions plus assez de caisses pour le reste de cette pêche miraculeuse.

Il n’était pas question de faire une semaine de mer avec tous ces lieux jaunes sur le pont et le patron Sébastien décida de faire route terre vers Lesconil.

La petite criée de Lesconil fut pratiquement remplie de caisses de lieux de « La Maryse ».

Vente en ligne à la criée dans les années 1960

La semaine étant largement gagnée par ce seul coup de chalut, le patron décida de mettre le bateau au sec pour un toilettage et une peinture complète des œuvres mortes (tout se qui se trouve sous la ligne de flottaison) et des œuvres vives (tout ce qui est au dessus).

La « Maryse » se prépare pour une nouvelle peinture, le nettoyage a débuté.

Tous les étés de mes années Lycée à Pont-L’Abbé, je les ai passés en mer sur la « Maryse Françoise « . Une année, j’ai même complété l’équipage, décimé par la maladie, durant mes vacances de Pâques. Une semaine de galère par très mauvais temps, que je ne suis pas près d’oublier.

Tous les week-end je participais à l’avitaillement en vivres et à la comptabilité du chalutier.

En septembre 1966,  j’ai quitté la pêche sur la Maryse et mes études pour m’engager dans la Marine Nationale, mais ceci est une autre longue histoire.

J’ai gardé de toutes ces campagnes de pêche sur la « Maryse Françoise » un excellent souvenir, malgré des conditions de travail hors du commun, dangereuses, parfois très risquées.

Un jour, en passant l’élingue et le croc à Sébastien pour palanquer une énorme roche prise dans le cul du chalut, nous avons été entrainé par dessus bord. Sans la présence d’esprit de Noël Le Floch, le treuilliste, qui a réussi à coincer le cable de la caliorne, nous aurions été entrainé au fond, empêtré, pris au piège comme des poissons, dans les mailles du chalut.

Durant cette période, quoique privé de vacances scolaires , j’ai découvert et partagé la rude vie des marins pêcheurs, les joies et les peines, de toucher du doigt les difficultés du métier, les dangers encourus, la fraternité, la solidarité et l’amitié.

Une belle leçon de vie, qui vous forge le caractère, dont je n’oublierai jamais.

Après un passage comme Commandant du port de plaisance  de Port-Grimaud.

J’ai mis un terme à ma carrière dans la Marine Marchande comme Responsable du Service Maritime de la Société Paul Ricard, Responsable de Développement.

Un nouveau livret matricule me fut délivré par le quartier maritime de Toulon

La société Paul Ricard possédait à l’époque six navires de transport pour effectuer les transferts de marchandises et de personnes du continent vers les deux îles de la société que sont Bandor et les Embiez.

Je remercie mon ami Louis (Lili) le Fur de Lesconil,  marin à cette époque sur le malamok « La Marseillaise » pour son soutient dans l’écriture de cet épisode de mousse du chalutier « Crap Melen » à Concarneau.

Merci à Sébastien Cosquer, patron du « Kreiz an Aod »,  pour les  photos de la « Maryse », le bateau de son père,  qu’il a eu la gentillesse de me transmettre.

Le Kreiz An Aod à quai à Loctudy

 

 

 

 

 

 

 

 

Je garderai un souvenir ému de Bastien Cosquer, patron du malamok « Maryse Françoise », avec qui j’ai tout appris du dur métier de marin pêcheur.

J’ai également une pensée pour Armand Cossec père et fils, le mécanicien Louis Lucas le père l’Alain, ancien maire de Lesconil, Serge Guillou et Noël le Floch , les marins de la Maryse.

Capitaine de Frégate (H)

Jean Claude Quideau

Anguilles sous roches à Lesconil

anguilles sous rochesConnaissez-vous l’origine du proverbe : « Il y a anguille sous roche » ?

Un autre proverbe ancien qui a la même signification :

« Tel croit guiller Guillot que Guillot grille »

Cet ancien proverbe utilise un verbe au moins tout aussi ancien, guiller, qui signifie : tromper, séduire.

Le sens de guiller subsiste dans « guilledou, « guilleret ».

Guiller, guilledou, signifie au sens propre comme au figuré faufilage, insinuation, expression évoquant les soupçons que l’on nourrit à propos d’une liaison ou d’une affaire tenue secrète.

Molière lui-même dans le « Bourgeois Gentilhomme il fait référence. Il cite dans l’acte III scène VII :

« Ma foi, madame la curiosité m’a coûté quelque chose, mais je crois qu’il y a quelque anguille sous roche, et ils parlent de quelque affaire ou ils ne veulent pas que vous soyez.. »

Il est plausible que la symbolique sexuelle de cette visiteuse de la mer des Sargasses, se laissant emporté par le courant du Gulf-Stream vers nos côtes se soit aussi faufilée dans la genèse de cette expression.

La mer des Sargasses

La mer des Sargasses est la seule mer considérée comme ne possédant pas de rivages.

Les marins qui sillonnaient l’Atlantique nord aux XV et XVIe siècles, craignaient la mer des Sargasses. En effet, cette zone de calme plat, sans vent, entravait la progression des voiliers, et il était difficile d’en sortir. De plus, la présence en grande concentration à la surface des algues sargasses, de grande taille, donnait l’impression d’être en panne sur une sorte d’immense prairie marine.

La mer des Sargasses se trouve en plein dans le fameux triangle redouté des Bermudes.

triangle des bermudesSelon les témoignages anciens, les thons étaient très abondants dans « la mer herbeuse ». On a même imaginé dans les années 1870 d’aller y exploiter les algues.

La mer des Sargasses joue également un rôle important dans la migration de l’anguille européenne et de l’anguille américaine : les larves des deux espèces y croissent, pour se diriger ensuite vers les côtes de l’Europe et de l’est de l’Amérique du nord. Une vingtaine d’années plus tard, elles essayent d’y retourner pondre leurs œufs.

route des anguillesLes anguilles peuvent parcourir cinq mille kilomètres grâce au Gulf Stream afin de s’y reproduire.

« Sous roche » : tout un chacun sait que l’anguille adore se cacher sous le moindre rocher, pour se protéger des prédateurs, mais aussi de la lumière du jour.

La locution « anguille sous roche » a pris au fil du temps un sens plus général : Entreprise qui se trame en sous-main, conspiration cachée et secrète dessein ou fourberie concoctée en cachette.

Quelques extraits du petit livre illustré par des photos anciennes et récentes ainsi que des reproductions d’aquarelles des Peintres Officiels de la Marine (P.O.M.) Serge Marko et Michel King.

Mon petit livre illustré de photos anciennes et plus récentes raconte  les histoires cachées sous les rochers de Lesconil , ce livre est consultable sur le site de calameo:

http://fr.calameo.com/books/0011726290d93b689bc7e

Sous la roche « an diaoul » (le diable)

an diaoulQuelques extrait de cette histoire d’anguilles

Aquarelle de Serge Marko à Venise lors de la dernière escale du croiseur Colbert

Aquarelle de Michel King du port de Lesconil

Lire la suite