Port la montagne, les marins du Faron

port la montagne les marins du faron

Quel est ce port ? Ou se trouve cette montagne?

Pourquoi ce  nom ?  quel est son origine?

Il faut revenir plus de deux siècles en arrière, en 1793. Une année sombre de l’histoire  de la ville.

Suite à la victoire des « Montagnards sur les « Jacobins » en mai 1793, Toulon se révolte et les fédéralistes chassent la municipalité jacobine. Les habitants se rallient à la monarchie et au roi Louis XVII.

Les anglais appelaient Toulon  « le petit Gibraltar »

La rade est ouverte aux navires anglais et espagnols.

C’est l’amiral Hood commande la flotte coalisée.

Le contre-amiral Jean-Honoré de Trogoff de Kerslessy commandant de la flotte du Levant à Toulon choisit de se rendre aux anglais. La flotte française dans sa quasi totalité passe sous pavillon britannique.

Ce brillant marin breton, né le 5 mai 1751 à Tréguier dans les Côtes-d’Armor, avait combattu lors de la guerre d’indépendance des États–Unis sous les ordres du comte de Grasse.

Il est déclaré hors la loi par la convention et il fuit sur l’ex vaisseau amiral français de 118 canons  » le Commerce de Marseille » fleuron de la marine capturé par Hood avec d’autres très belles unités comme

les vaisseaux de 74 canons, « le Pompée, « le Scipion » et « le Puissant ».

De Trogoff décède en février 1794 en rade de l’île d’Elbe sur le vaisseau le « Commerce de Marseille ».

Le 18 décembre « l’infâme Toulon » est reprise aux anglais avec l’aide du capitaine Bonaparte.

La répression est terrible pour les habitants. Plus d’un millier d’entre eux sont exécutés au Champs de Mars.

Le décret du 5 Nivôse de l’ An II ( le 24 décembre 1793) stipule:

 » les maisons seront rasées et la ville s’appellera désormais « Port-de- la-Montagne ».

ToulonTel un immense vaisseau, posé au bord de l’eau, le mont Faron culmine à 584 mètres (1709 pieds) surplombant la rade et le port de Toulon.

le-port-de-toulon-1024x262Un réseau de fortifications défensives datant des 17 et 18 ième siècles qui furent construites en son sommet sont toujours visibles. Elles servaient à la défense des accès maritimes et terrestres du port militaire après la guerre de 1870. Neuf forts veillaient sur la rade:

– le fort Saint-Antoine,

– la tour de l’Ubac,

– la tour Beaumont construite en 1845,

– la poudrière (le sanctuaire actuel),

– le retranchement de Leydet,

– la caserne du Centre qui pouvait accueillir 200 hommes,

– le fort de la Croix-Faron en 1873,

CROIX FARON 77

– le fort Faron.

toulon faronLes forts de l’est du mont Faron La protection de l’Est de Toulon était assurée par :

– le fort d’Artigues (détruit lors de la dernière guerre),

– le fort lieutenant Girardon sur le mont Coudon,

– la redoute Sainte-Catherine,

– le fort Lamalgue,

– Le fort de la Croix-Faron,

– Le Fort Faron

toulon faron

Toulon sa rade

la rade de toulonVUE DE LA RADE DE TOULON

croix faron 1

croix faron2

Le fort de la Croix-Faron Le fort fut construit de 1872 à 1875. Il est situé sur l’éperon rocheux de l’extrémité orientale du mont Faron avec une tour semblable à la Tour Beaumont construite de 1840 à 1845.

croix-faron _ la darse_0003
illustration tirée de la Revue la Darse (SID)

croix faron 2223croix faron 2222

PLAN DE LA CROIX FARONCe fort possède en outre des postes pour canons creusés dans la roche.

croix-faron _ la darse_0001
photo de la Revue La Darse (SID)

Vue aérienne du fort sur l’extrémité orientale de l’éperon rocheux du Mont-Faron

Son armement d’origine comportait 18 canons de 30 livres, 14 canons de 138 mm modèle 1927, 2 canons de 194 mm modèle 1870, 4 canons de campagne de 8 livres Gribeauval et 4 mortiers lisses de 22 cm.

canons de 138 194Cet ouvrage de montagne particulièrement intéressant du fait de son adaptation au site est encore en service de nos jours dans le dispositif des transmissions de la marine en relation hertziennes avec le fort de Six-Fours.

Le fort de la Croix-Faron est relié par une galerie appelée crémaillère au Fort Faron qui se trouve en contrebas.

L’imposant mais très discret Fort Faron est une ancienne redoute commencée en 1764 sous le règne du Roi Louis XV. Dès 1840, l’allongement des portées en matière d’artilleries impliquent la réorganisation complète de son système défensif. À côté de ce fort, la caserne retranchée a été construite en 1764 pour servir initialement de cantonnement. Elle est dotée de citernes à eau de pluie 735 m3.

citerne

croix-faron _ la darse_0005
la citerne intérieure maçonnée (photo de la revue la Darse (SID)

Historique du fort de la Croix-Faron

entree de la croix faronLe fort dépendait du 15 ième corps de l’armée de terre basé à Marseille.

En 1793, il est aux mains des anglais lors du siège de Toulon. En 1933, la Défense Anti- Aérienne française installe des canons de 90 mm avec une conduite de tir par télé pointeur.

DCA Cdt Ducuing

DCA Croix Faron 2

Le fort de la Croix-Faron pendant l’occupation allemande puis italiènne

Du 27 novembre 1942 au 15 décembre 1942, le fort est occupé par les allemands.

Du 15 décembre 1942 au 8 septembre 1943 ce sont les italiens qui en sont les maitres. Ils démontent les anciens canons de 90 mm pour mettre à leur place les canons de 100 mm récupérés sur le porte-hydravions Commandant Teste coulé lors du sabordage de la flotte au quai d’honneur à l’angle Robert.

cdt TESTECette pièce d’artillerie  de 100 mm était utilisée par le transport d’hydravions Commandant Teste sur un affût pour le tir contre-avions et par les torpilleurs de classe Melpomène. Ce canon de 45 calibres tire des obus de 14.95 kg à une distance maximale de 15000m (+34°) à raison de dix coups par minute. L’affût simple sous bouclier modèle 1927 permet au canon de pointer en site de -10° à +85°.

canon-de-100mm-1925Suite à l’armistice de Cassibile le 8 septembre 1943, les Italiens se retirent du sud de la France.

Les troupes italiennes présentes sur le territoire français ne se considérant plus comme des troupes d’occupation regagnent l’Italie. Certains sont désarmés par les allemands et envoyés dans des camps de prisonniers.

la Défense Contre Avions du fort de la Croix Faron était armé par des éléments de la Luftwaffe (armée de l’air allemande) faisant partie de la 5 ème brigade de DCA.

DCA Croix Faron 3

Le 355 groupe de DCA Flugawehrkanone (Flak) Abteilung, division de Défense Contre Avions (DCA) de la Luftwaffe reprend la possession du fort jusqu’au débarquement de Provence et la libération de Toulon le 27 août 1944. Le fort de la Croix-Faron qui faisait partie de la 3 ème batterie était armé par les  4 canons de 100 mm installés par les italiens.

Les commandants du 355 ième groupe de DCA allemande au fort de la Croix-Faron furent les majors Shreheubrunner et Schrettenborn. Contrairement au fort Coudon et au fort d’Artigues, le fort de la Croix-Faron ne fut pas défendu par les allemands lors de la libération de Toulon.

 Ducuing Gabriel Auguste Ferdinand

Près de l’entrée du fort de la Croix Faron, une stèle a été érigée en mémoire du Capitaine de Frégate Gabriel Ducuing qui a commandé la batterie de la Croix Faron en 1939.

cc DucuingGabriel Ducuing est né le 22 décembre 1885 à Paris. Officier de la Marine Marchande, il est nommé Capitaine au Long Cours en juin 1911. Mobilisé en tant qu’Enseigne de vaisseau de seconde classe, il est breveté pilote en 1915 et affecté au Centre d’Aviation maritime à Dunkerque. En 1916, Il est affecté au port de Toulon puis au Centre d’Aviation Maritime à Venise.

L’enseigne de vaisseau Ducuing au CAM (Centre Aéromaritime de Venise) La France et l’Angleterre parviennent à convaincre l’Italie d’entrer en guerre à leurs côtés en mai 1915. La France envoie une escadrille d’hydravions à Venise pour surveiller la haute Adriatique. Le Centre Aéromaritime (CAM) de Venise est installé dans la lagune de Venise sur l’île San Andrea.

cam venise L’enseigne de vaisseau de 1ère classe auxiliaire Gabriel Ducuing fait partie des pilotes d’hydravion du CAM.

Il est cité à l’ordre de l’Armée navale le 5 février 1916 :  » Pilote hardi et courageux, excellent chef de demi-escadrille, a su entraîner en toute circonstances, d’une façon remarquable, les pilotes placés sous ses ordres. Pendant son séjour sur le front, a rendu des services exceptionnels dans les diverses reconnaissances et bombardements ; a pris part à un combat naval. »

Le 11 juillet 1916, il est nommé Enseigne de vaisseau de 1ère classe de réserve. Victime d’un accident d’avion il est déclaré inapte.

Il se consacre alors à l’aérostation au centre des ballons captifs du Havre dans le but de devenir aérostier.

ballon captifLieutenant de vaisseau de réserve en juillet 1918, il est affecté au Service des transports maritimes pour l’organisation des itinéraires des convois. Démobilisé en 1919, il reprend ses activités d’armateur et d’administrateur de sociétés maritimes. Il fonde l’Association Centrale des Officiers de Réserve de l’Armée de Mer (ACORAM) et en sera le premier Président.

ACORAMCapitaine de corvette de réserve, il se spécialise dans les canons anti-aériens. Du 23 mars 1939 au 28 février 1940, il commande la batterie D.C.A. du fort de la Croix-Faron. En mars 1940, il est nommé commandant de la batterie côtière de défense du cap Gris-Nez. Les panzers divisions allemandes de Guderian ayant envahie le nord de la France il est rapidement isolé et encerclé avec une centaine d’hommes dans le sémaphore. N’ayant plus de munitions, le commandant Ducuing fait détruire les canons et les mitrailleuses et donne l’ordre à ses hommes de se replier. Resté seul, il se dirige vers le mât de pavillon afin de hisser les couleurs. C’est à cet instant précis qu’il est atteint d’une balle en plein front en ce jour du 25 mai 1940.

Mon père Jean Quideau a servi sous les ordres du commandant Ducuing à la DCA de la Croix- Faron de 1939 à 1941.

Etats ses services Jean QuideauLe Capitaine de Corvette  Ducuing est nommé Capitaine de Frégate à titre posthume.

Actuellement un aviso A 69  porte le nom de Commandant Ducuing.

cdt DucuingA l’entrée du fort, une stèle a été érigée en mémoire au commandant Ducuing.

stele ducuing

cf8

croix-faron _ la darse_0002
Photo de la Revue La darse (SID)

Le fort de la Croix-Faron après la seconde guerre mondiale

croix-faron 1944

croix-faron 55

croix-faron 1944_3

croix-faron 1944_2

Ci dessous une petite video

les fortifications autour de Toulon en 1944

croix-faron_moment de détente

vue du fort de la croix-faron_brume

vue du fort de la croix-faron_carqueiranne

Le fort de la Croix-Faron, de nos jours en photos

route d'accès au fort de la Croix-Faron

Croix-faron (122)

DSC_0027 (2)

Croix-faron (123)

Croix-faron (124)

DSCF1121 (450 x 600)

Le fort de la Croix-Faron est un immense vaisseau de pierres « ancré » sur la roche

CXF001

CXF005

le fort ancré1le fort ancré2

Avec parfois la tête dans les nuages

nuages (1) (600 x 337)

croix faron2

croix faron5

croix faron3croix faron1

fort de la croix faron vu du mont coudon

le fort de la croix-faron vu du coudon_2

croix-faron _ la darse_0004

croix faron6cf6

cf5

fort faron

FORT  FARON 

croix faron 3
FORT FARON

tunnel

Croix-faron (132)

cf4

Photos de l’intérieur du fort de la Croix-Faron

Le fort permettait de loger jusqu’à 700 militaires, en toute autarcie.  L’eau de pluie était recueillie dans des citernes d’une capacité de 735 m3.

citerne de decantation

Le fort  était pourvu de cuisines avec un four à pains ainsi que toutes les commodités pour nourrir « l’équipage » du fort.

fournil3

fournil1L’allemand Klein, a laissé sa signature sur la voute du four à pain

fournil2

Les alvéoles permettaient de loger  pour une trentaine de marins, les couloirs d’accès, étaient pourvus de crochets pour suspendre les hamacs comme à bord des bâtiments.

poste marins

cf7

croix faron7

croix faron 8

Sur les bateaux de la Marine Nationale, jusque dans les années 60/70, compte tenu du peu de place disponible à bord, les hamacs constituaient la majorité des couchages de l’équipage.

Dans la journée, les hamacs étaient pliés et rangés dans des caissons.

Le soir après dîner, ils étaient suspendus aux crochets.

hamac marine nationale

En 1939, dès l’entrée en guerre, l’armement en personnel des forts et des batteries de DCA avaient été renforcé par des marins d’active et des réservistes, ce qui peut expliquer la mise en place de crochets pour des hamacs pour pallier au manque de couchages.

cf 1

croix faron 9

croix faron 10

cf2

musée de la croix faron

Après la seconde guerre mondiale, le fort fut équipé d’un radar de veille longue portée de type « PALMIER »  de Thonson-CSF, pour permettre une bonne étanchéité de la Défense Aérienne de la Zone Sud. Les radars de Nice Mont-Agel ne couvraient pas la zone de Toulon. Avec les radars de CEPET, la couverture basse était complète.

Photos du fort durant la période post guerre (1950-1960)

Le fort est encore occupé de nous jours par les « marins du Faron »

Après la seconde guerre mondiale, le fort fut également utilisé comme dépôt des archives de la Marine.

En 1961, compte tenu de sa position élevée (600 mètres d’altitude) il est utilisé par le service T.E.R. (Transmission Écoute Radar ).

Le fort de la Croix-Faron est toujours la propriété de la Marine Nationale.

Port la Montagne de nos jours (2018)

Depuis 2004, toutes les transmissions et les réseaux et les systèmes d’information ont été regroupées au sein d’une direction: la DIRISI (Direction Inter armées des Réseaux d’Infrastructure et des Systèmes d’Information).

 

DIRISI

DIRISI 2Un grand merci au Capitaine (CR)  Stéphane Quideau et au Premier Maître Neuveglise

pour les photos récentes et anciennes.

Texte et montages photos du capitaine de frégate (H) Jean Claude Quideau

Crédit photos

Photos du capitaine (CR)  Stéphane Quideau, Commandant le CIIRAA de Toulon

Photos de la Revue « La Darse » du Service Infrastructure de la Défense (S.I.D.)

Photos du Premier Maître Neuveglise Chef de la station de la Croix-Faron

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités